Archive pour la catégorie 'Formation'

Notes biographiques sommaires d’Yves ALAVO

Mercredi 17 avril 2013

photo-alavo-yves-automne-2011.jpeg

Poète il a publié Bleu de lune et soleil d’or chez Christian Feuillette éditeur, il a reçu en novembre 2008 le Prix de l’Association québécoise des professeurs de langue française (AQPLF) et de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL). Il a reçu le 22 juin 2010 un diplôme d’honneur de l’Université de Montréal (Faculté des arts et des sciences) en appréciation et pour célébrer sa réussite professionnelle et sa contribution de façon exemplaire à l’avancement de la société.

Un autre ouvrage, Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes, Éditions Grenier, a été lancé mardi 9 novembre 2010 à la Maison de la culture Ahuntsic. Le Gouvernement fédéral du Canada lui a décerné, fin 2010, un certificat de reconnaissance pour son accomplissement remarquable à promouvoir la Culture au Canada.

Actif dans le développement de Montréal depuis plus de trois décennies (fondateur de Vues d’Afrique, de Diversité artistique Montréal, membre de la première équipe du Conseil des communautés culturelles et de l’immigration), ce journaliste qui a travaillé au quotidien sénégalais Le Soleil, puis comme reporter pour Radio France international et ensuite comme animateur reporter pour Radio-Canada International a été aussi coordonnateur du Programme Journalisme en démocratie, pour le perfectionnement des journalistes de la francophonie. Une trentaine de missions, majoritairement sur le continent africain, ainsi que de nombreux séjours privés, au cours des 35 dernières années lui ont permis de prendre la mesure des mutations qui traversent toutes les sphères des sociétés africaines des plus traditionnelles aux communautés urbaines ultra-modernes.

Ayant eu le privilège de rencontrer et de connaître de nombreux Africains et Africaines chefs de file (L.S Senghor, N. Mandela, Myriam Makeba, Desmond Tutu, Hyacinthe Cardinal Thiandoum, ainsi que Bernadin, Cardinal Gantin et d’autres figures Albert Tévodjéré, Justin Tomatin Ahomadegbé, Abdou Diouf, Sourou Migan Apity, Nicéphore Soglo, Ahmed Ben Bella, Houari Boumédiène, Félix Houphouët-Boigny, des indépendances à nos jours. Il considère que sa génération sert de passerelle entre l’Afrique impériale et de la colonisation et celle issue des indépendances qui est en phase de faire admettre que le berceau de l’humanité peut aussi être son avenir.

Le 16 avril 2011, le REPAF (Réseau des entrepreneurs et des professionnels africains) lui remettait le trophée Hommage à un homme exceptionnel lors du Gala Vision et inspiration, à titre de modèle d’inspiration et d’excellence et comme mentor auprès de la nouvelle génération.

Yves Alavo, membre de la fonction publique montréalaise, il est conseiller en planification à la Ville de Montréal (successivement aux relations interculturelles, à la culture, à l’administration puis à la biodiversité et au Bureau du 375e, Destination 2017 et depuis mars 2013, conseiller à la Direction des grands parcs et du verdissement). Yves Alavo est diplômé en philosophie, journaliste professionnel et titulaire d’une maîtrise en communications de l’Université de Montréal. Actif dans le milieu associatif, il est membre du C.A. de Visions sur l’art Québec Inc VSAQ, et bénévole membre de la commission administrative d’institutions de la communauté française de Montréal. Membre fondateur de la coopérative ECTO et du CA d’Espaces Temps, le Mur mitoyen, il est engagé dans les initiatives qui mettent en relief la créativité, l’innovation, valeurs phares de Montréal métropole culturelle internationale.

LIVING LAB ET ATELIERS MÉDIAS DE RADIO-CANADA

Vendredi 12 avril 2013

Bonjour,

Afin de poursuivre la discussion, nous présentons aux collègues de Radio-Canada les grandes idées issues des Ateliers médias, organisés par Radio-Canada et le Living Lab, auxquels vous étiez conviés.

Nous vous invitons à suivre cette présentation ce mercredi 10 avril de midi à 13 h via YouTube. C’est une première pour nous d’utiliser cette technique. Nous espérons que tout fonctionnera pour le mieux.

Pour intervenir pendant la présentation, vous pourrez le faire par écrit à l’adresse xavier.kronstrom.richard@radio-canada.ca.

La conférence quant à elle sera diffusée sur cette chaîne dès midi demain:
http://www.youtube.com/channel/UCH3uHrYRvH4Zv6EWKkjecGw
Les Ateliers médias, c’est un événement de rencontres et de discussions organisé le 19 février dernier par Radio-Canada et le Living Lab. À l’occasion, plus de 60 personnes ont été réunies (autant de l’interne que de l’externe) afin de discuter de l’avenir de l’information et de projets applicables à Radio-Canada.

Que devrait faire Radio-Canada en terme de libéralisation de données?
Que devrait faire Radio-Canada en terme mobile?
Que devrait faire Radio-Canada afin d’accroître la participation citoyenne via les réseaux sociaux?
Que devrait faire Radio-Canada pour devenir plus accueillante?

Pour plus d’informations:
http://lab.radio-canada.ca/2013/03/quelques-projets-issus-des-ateliers-medias-de-radio-canada/

Vous êtes tous les bienvenus!

————————————
Les Midis Lab sont une initiative de Radio-Canada Lab, le laboratoire web de Radio-Canada. Ces ateliers ont lieu aux deux semaines sur l’heure du midi les mercredis, et s’intéressent aux nouvelles technologies liées au journalisme ainsi qu’aux nouvelles formes de récits.

D’une part, ces ateliers permettent de rester à jour dans les nouvelles pratiques web. D’autre part, ils favorisent la discussion et la rencontre entre les artisans de différents secteurs.

Des résumés de ces ateliers sont publiés a posteriori sur le site web du Lab.

Vos idées et suggestions de thèmes à couvrir ou de conférenciers à inviter sont les bienvenues. À venir lors des prochains Midis lab: le «big data», le 2e écran, l’industrie de la mobilité dans le monde, des résumés de conférences, des projets web d’ISN.

Suivez les activités du Lab sur Facebook:
https://www.facebook.com/groups/271752802866568/

Suivez les activités du Lab sur Twitter:
https://www.twitter.com/rclab

LA DIVERSITÉ, L’ATOUT MAJEUR DE MONTRÉAL

Mercredi 9 septembre 2009

Plus que tout autre niveau de partage et de gestion, comme d’administration et de vie civique et politique, le municipal est celui qui est le premier lieu d’interaction et de dialogue entre citoyens et celles et ceux qui les représentent, les élus. 

 

Il devrait y avoir une manière directe pour nous citoyens et citoyennes de nous identifier à notre gouvernance de proximité, à l’administration de première ligne et de services tels que l’habitation, le transport, la sécurité, les bibliothèques, la culture accessible, la gestion des ordures et celle de l’environnement en général (parcs, nature en ville, aménagement, urbanisme, terrains industriels, zones résidentielles).

 

Un sentiment d’appartenance actif et fécond, dirions-nous, c’est essentiel dans les rapports qui se créent et se développent entre les personnes des divers milieux de vie et celles et ceux qu’ils élisent tous les quatre ans.  Ce sentiment est la première pierre de l’édifice de la citoyenneté effective indispensable à toute démocratie saine.  Pour exister, il est nécessaire que les élus soient au moins, comme la fonction publique municipale, représentatifs de la population qu’ils servent.  Nous avons coutume de dire que

la Ville, comprise comme administration et corps politique est, dans son essence, une entreprise au service des citoyens et des citoyennes.

 

Comme il est important que nos services comme municipalité soient toujours plus accessibles et qu’ils soient livrés avec souci d’équité, ce deux objectifs sont les plus difficiles à atteindre.  Comment alors comprendre que le troisième pilier de la vie municipale, la diversité, soit celui qui fasse le plus problème?  Pourtant des trois piliers, la diversité est celui qui existe en abondance.  Comme ville cosmopolite depuis des années, Montréal a parmi ses atouts principaux, la diversité.  Il est dans les normes de base que, tant au Conseil municipal qu’au sein de l’administration, il y ait une représentativité de fait, réelle et objective.

 

Nous souhaitons que l’exercice de civisme que sont les élections, permette vraiment une meilleure représentativité au sein du futur Conseil de ville.  Cette situation, si elle se concrétise, sera en mesure de donner le ton à une représentativité plus effective dans la composition du corps administratif car il existe désormais depuis les années 80 un bassin important de compétence de Montréalais, de Québécois de toutes origines, dans presque tous les secteurs d’emploi.  Vivement que nous puissions mettre au service de toutes et tous les citoyens ces compétences qui sont à notre portée et qui feront la différence pour que Montréal puisse, enfin, profiter de son immense potentiel humain de qualité exceptionnel.

 

Yves ALAVO

ÉCONOMIE, ÉCOSYSTÈMES ET DIVERSITÉ BIOLOGIQUE

Lundi 20 juillet 2009

Qu’est ce que TEEB ? 

Lors d’une réunion des ministres de l’environnement du G8+5 tenue à Potsdam en

mars 2007, les ministres ont reconnu qu’il était important d’examiner la valeur

économique de la biodiversité et les conséquences économiques de la perte

constante de biodiversité.  En réponse aux discussions de Potsdam, le ministre Sigmar Gabriel et le

commissaire européen Stavros Dimas ont lancé une initiative sur l’Economie des écosystèmes et de la biodiversité - The Economics of Ecosystems and Biodiversity (TEEB). M. Pavan Sukhdev, directeur à la Deutsche Bank, a été invité à diriger ces travaux.

Quelle est la nature du problème ? 

La nature apporte aux sociétés humaines une grande variété de bienfaits :

nourriture, fibres, carburants, eau propre, sols sains, protection contre les

inondations, protection contre l’érosion des sols, médicaments, stockage du

carbone (important dans la lutte contre le changement climatique) et davantage

encore. Alors même que notre bien-être est entièrement dépendant de ces

“services écosystémiques”, ce sont principalement des biens publics qui n’ont ni

marchés ni prix, de sorte qu’ils sont souvent ignorés par la boussole économique

que nous utilisons actuellement. De ce fait, sous l’impact des pressions liées

notamment à la croissance de la population, à l’évolution des pratiques

alimentaires, à l’urbanisation et au changement climatique, la biodiversité est

en déclin, nos écosystèmes sont constamment dégradés et, en retour, nous en

subissons les conséquences.

Le déclin de la biodiversité et de nos écosystèmes 

Le rapport présenté aujourd’hui montre que si nous n’adoptons pas les politiques

appropriées, le déclin actuel de la biodiversité et la perte de services rendus

par les écosystèmes vont se poursuivre et dans certains cas vont même

s’accélérer. Certains écosystèmes sont susceptibles de souffrir de dommages

irréparables. Dans un scénario inchangé, d’ici 2050 nous devrons subir de graves

conséquences :

une diminution de 11% des zones naturelles restantes en 2000 est à craindre,

principalement en raison de la conversion de ces terres à l’agriculture, du

développement des infrastructures et du changement climatique ;

près de 40% des terres actuellement exploitées par des formes d’agriculture peu

intensive pourraient être converties en terres d’agriculture intensive, ce qui

entraînerait des pertes supplémentaires de biodiversité ;

60% des récifs coralliens risquent de disparaître dès 2030 du fait de la pêche,

de la pollution, des maladies, des espèces allogènes envahissantes et du

blanchissement des coraux lié au changement climatique.

Les tendances observées actuellement sur terre et dans les océans montrent les

graves dangers que représente la perte de biodiversité pour la santé et le

bien-être de l’humanité. Le changement climatique ne fait qu’exacerber ce

problème. Et, une fois de plus, comme pour le changement climatique, ce sont les

pauvres de la planète qui sont les plus menacés par une dégradation constante de

la biodiversité. En effet, ce sont eux qui dépendent le plus des services rendus

par les écosystèmes, services qui sont sous-estimés par des analyses économiques

défectueuses et des politiques mal avisées. (L’article de Benoît Limoges dans Le naturaliste canadien, vol. 133, numéro 2, été 2009, pages 15 à 19, étend les services écologiques aux aspects plus subtils du bien-être humain » : développement du système immunitaire, développement psychosocial, développement de la force, de l’équilibre et de la coordination mais aussi aux bénéfices socioculturels et à l’expérience spirituelle)).  La protection de la biodiversité et les questions d’équité et d’éthique.

La pauvreté et la perte de biodiversité sont inextricablement liées : les

bénéficiaires immédiats de la majeure partie des services rendus par les

écosystèmes et la biodiversité sont principalement les pauvres. Les activités

les plus touchées sont l’agriculture de subsistance, l’élevage, la pêche et

l’exploitation forestière informelle, dont dépendent la plupart des pauvres du

monde entier. On estime généralement que les pertes annuelles de biodiversité et

d’écosystèmes représentent, en termes de bien-être, l’équivalent d’un faible

pourcentage du PIB. Si toutefois nous les traduisons en termes humains, sur la

base du principe d’équité, l’argument en faveur de la réduction de ces pertes

prend beaucoup plus de poids. Les choix éthiques sont si profondément enracinés

dans les fondements de nos modèles économiques que nous n’en sommes plus

conscients. Cependant, si l’on prend l’exemple parlant des taux d’actualisation,

un taux de 4% (les taux d’actualisation sont le plus souvent compris entre 3 et

5%) signifie que nous estimons que la valeur d’un service de la nature pour nos

petits-enfants (d’ici 50 ans) équivaut à un septième de l’utilité que nous-mêmes

en retirons - ce qui est difficile à défendre d’un point de vue éthique.

Intégrer la véritable valeur de la biodiversité et des services rendus par les

écosystèmes dans la détermination des politiques constitue l’objectif ultime des

travaux menés par Pavan Sukhdev et son équipe. Cela met en jeu des choix

éthiques, notamment entre les générations présentes et futures et entre des

groupes de population de différentes parties du monde.

Quel est le coût économique de la perte de biodiversité et des services renduspar les écosystèmes ? 

Toutes les valeurs de la biodiversité ne peuvent pas être mesurées en termes

économiques. Pour de nombreuses personnes, la nature a une valeur intrinsèque

qui n’est pas liée à son utilité pour les êtres humains. Par ailleurs, une

partie seulement de l’ensemble des bienfaits issus de la biodiversité et les

écosystèmes peut être évaluée, en raison des limites actuelles à notre

compréhension des fonctions écologiques ainsi que des limites de nos outils

économiques. En général, les valeurs estimées provenant des études de cas ne

prennent en compte que certains bénéfices. De plus, il n’y a pas encore de

données disponibles ni d’études d’évaluation économique menées pour tous les

types d’écosystèmes – par exemple, les écosystèmes marins sont moins bien connus

que les écosystèmes terrestres. C’est pourquoi il faut garder à l’esprit que les

estimations de la valeur économique de la biodiversité et des services rendus

par les écosystèmes sont sujettes à beaucoup d’incertitudes et qu’elles tendent

à sous-estimer la réalité. Cependant, l’évaluation économique est une approche

utile pour mesurer la contribution de la biodiversité et des services écosystémiques à la qualité de la vie et pour mieux comprendre les choix qui existent entre différentes possibilités d’utilisation des écosystèmes. On dispose maintenant d’une grande quantité de données sur les valeurs de marché ou hors marché que représentent pour les êtres humains un certain nombre de bénéfices liés à la biodiversité et aux écosystèmes, et donc des coûts associés à leur perte.

Le rapport présenté aujourd’hui met en lumière les résultats d’une analyse préliminaire des coûts de la perte de biodiversité et des services écosystémiques liés aux forêts. Dans les premières années de la période 2000-2050, cette analyse estime que la perte annuelle de services des écosystèmes forestiers équivaut à près de 28 milliards d’euros par an, et cette valeur augmente au cours du temps jusqu’en 2050 (il convient de noter qu’une

part importante des bénéfices correspondants n’est pas actuellement intégrée

dans la mesure du PIB). Les pertes de capital naturel ne sont pas seulement

ressenties l’année où elles se produisent car le flux de services est réduit

pour toutes les années suivantes. En prenant en compte ces pertes futures, la

valeur actualisée des services des écosystèmes forestiers perdus chaque année

pourrait être comprise entre 1 350 et 3 100 milliards d’euros, pour des taux

d’actualisation de 4% et 1% respectivement. Comme il a été indiqué, il s’agit

d’une estimation prudente : elle est partielle, dans la mesure où elle ne couvre

pas la totalité des services ; certains effets négatifs de ces pertes sur la croissance du PIB ne sont pas pleinement pris en compte ; enfin, cette estimation ne tient pas compte des non-linéarités et des effets de seuil dans le fonctionnement des écosystèmes. Ces premiers résultats suggèrent toutefois que les impacts socio-économiques de la perte de biodiversité peuvent être considérables. Des travaux supplémentaires seront nécessaires durant

la Phase II de l’étude pour mener une évaluation à grande échelle des coûts associés aux pertes des principaux types d’écosystèmes de la planète et pour comparer ces coûts avec ceux de politiques destinées à mieux protéger la biodiversité et les écosystèmes.

 

Yves ALAVO

Le Film L’ABSENCE DE MAMA KEITA À VOIR ABSOLUMENT

Vendredi 24 avril 2009

 

Vendredi 24 avril au Cinéma Beaubien, 2396 rue Beaubien Est, passe à 20 h 30, salle 2, dans la cadre du Festival Vues d’Afrique-PANAFRICA INTERNATIONAL, le film L’ABSENCE  du réalisateur et auteur MAMA KEITA. 

 

Allez vite le voir.  C’est le film a remporté le Premier Prix pour la qualité exceptionnelle du scénario au FESPACO (Ouagadougou 2009).  En 81 minutes, vous allez vivre, avec les photos les plus expressives, une situation riche en actions et en questions grâce aux personnages d’une humanité forte.  Nous sommes captivés de la première à la dernière minute.   Nous sommes conquis par la psychologie des êtres qui partagent leurs angoisses, des personnes qui livrent leurs aspirations les plus intimes, qui vivent avec nous leur quête d’amour, leur besoin de reconnaissance, leur soif de communication et leur volonté d’affirmation de leur totalité existentielle.  Plus qu’un appel à celles et à ceux qui choisissent l’exil et l’apport de talents remarquables aux économies, aux sociétés et aux institutions des pays (du Nord) où ils créent et où ils  développent un savoir faire et des vertus humaines au détriment des pays d’origine (du Sud) où elles et ils sont nés, ce film nous présente un portrait cru et sans complaisance de cet état de réalité complexe et multidimensionnelle.

 

Mama Keita met à notre disposition une oeuvre d’une qualité scénique exquise et sophistiquée, un film construit avec une maîtrise dosée et intelligente de la durée, avec une connaissance précise des ressorts et des moteurs de la vie sociale, de la dynamique politique et des profondeurs spirituelles des humains.  L’auteur et scénariste de génie organise un univers, lui insuffle une énergie faite de la tension qui jaillit des caractères de chaque personnage dans l’interaction dans laquelle il a décidé de les mouvoir.

 

Direction d’acteurs supérieure, thématiques harmonisées et une mise en scène méticuleuse.  Chaque segment du film est scruté, chaque effet spatial est calibré en fonction d’une trame que Mama Keita place avec l’agilité et l’assurance que des années de travail lui ont donné.  Il a mis à l’épreuve un capital d’écoute et son immense puissance d’adaptation et de compréhension des tissus qui font les humains dans leur complexité; cela lui vaut de réussir là où une poignée de grands de l’art cinématographique accèdent : la création d’un monde authentique et crédible.

 

Yves Alavo

 

 

MAMA KEITA

Notes biographiques sommaires

 

Né à Dakar en 1956.

Réalisateur vietnamo guinéen, Mama Keïta possède la double nationalité franco-guinéenne. Après des études de droit à l’Université de Paris I, il devient scénariste.  Il débute sa carrière de réalisateur en 1981 et tourne 5 court métrages puis, en 1990 Ragazzi et Le 11ème commandement en 1997.

En 1998, il réalise le documentaire David Achkar, une étoile filante, un hommage à son ami réalisateur mêlant archives, textes et photos.  Son dernier film, Le fleuve, est né d’un projet originel de David Achkar.  En 1998, David Achkar qui s’apprêtait à tourner Le Fleuve, meurt d’une leucémie. Il fait promettre à son ami, Mama Keïta de faire ce film à sa place. Le cinéaste qui ne connaît pas l’Afrique de l’intérieur et doit s’approprier le film de David Achkar et le faire sien. Il entame alors un voyage initiatique de Dakar à Conakry.

Le Fleuve, son long-métrage réalisé en 2002, reçoit le Prix de la Presse au Festival du film de Paris, 2003.

Il signe Le Sourire du Serpent, réalisé en 2006, en compétition au FESPACO 2007.

En 2009, il sort L’ABSENCE sélectionné au Festival de Rotterdam (Hollande) et dans la compétition officielle du Fespaco 2009 (Burkina Faso) où il remporte le Prix du scénario.

 

 Une critique de TOUKI MONTRÉAL

Dakar, de nos jours. Un taxi jaune et noir se gare dans une cour. En descend un jeune homme, muni pour seul bagage d’une valise. Il sonne à une porte de jardin. Adama, polytechnicien de formation rentre chez lui, après 15 ans d’études passés en France…

L’absence, c’est celle d’Adama aux siens : sa grand-mère, sa cadette Aïcha, son ami d’enfance Djibril. 15 ans de silence, de quasi-indifférence puis ce retour fêté dans la joie de la grand-mère et les larmes d’Aïcha. Or, très vite, la présence d’ Adama dans la maison met à jour l’état de décomposition dans lequel se trouve la famille Diop. A l’image d’ Aïcha qui se prostitue par dépit et par colère envers elle-même, la famille se désagrège, et Adama se sent pour la première fois de sa vie impuissant.

Tout comme cette sœur qu’il lui est devenu impossible d’aider, il y a son pays, le Sénégal, auquel il manque cruellement. « Tu es au premières loges pour assister à l’agonie de tout un peuple, le tien », lui crie son ancien professeur avant de le congédier, car Adama vient de lui avouer qu’il ne resterait pas travailler au pays. Des dialogues âpres, durs mais riches de sens pour dénoncer le phénomène de la fuite des cerveaux.

Des rues mal famées de Dakar aux scènes de violence à la maison, dans des clubs ou des chambres d’hôtel, L’absence, par son jeu d’acteurs et ses dialogues crus, est un film qui nous empoigne et nous oblige à faire face à des réalités qu’on aimerait bien pouvoir ne pas voir.  

Au fond, pour Adama, son pays et sa sœur Aïcha relèvent d’une même quête. Il lui faut porter secours à l’un et à l’autre mais sa marge de manœuvre n’est pas bien grande. Tel un héros des tragédies grecques faisant face à des forces qui le dépassent, Adama subira alors un choix qui n’est pas sien.

 

L’Absence de Mama Keïta

Prix du meilleur scénario, Fespaco 2009