Archive pour la catégorie 'Musique'

Invitation au Lancement du CAHIER À COLORIER de CARAVANE

Mardi 9 juillet 2013

Voyage dans la fantaisie du monde de Caravane

sarah-barbieux-artiste.jpg

La Troupe CARAVANE vous convie au Lancement de son premier CAHIER À COLORIER
mercredi 24 juillet 2013 à partir de 14h
AU ROND-COIN, 340, rue Saint-Louis, Saint-Élie de Caxton
Infos: 819- 221-3332 www.lerondcoin.com

Les artistes de la troupe CARAVANE dévoileront leur premier CAHIER À COLORIER destiné aux enfants et à leurs familles afin de partager leur univers artistique et de faire découvrir leurs personnages qui se produisent partout dans la province, depuis plusieurs décennies.
Sylvain Chiasson a créé les 36 dessins, Sarah Barbieux a écrit les textes et Thaïs Barbieux a réalisé l’infographie.

Animation et prestation musicale seront présentées lors du lancement.
Des dessins extraits de ce Cahier artistique seront offerts aux enfants pour colorier sur place.

Les CAHIERS À COLORIER de CARAVANE seront en vente au Rond-Coin.

L-Loco Colorès Thaïs, Sarah, Sylvain Zak Le Dressage

Partez à la découverte des personnages de la troupe!

Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/CARAVANE/355247448904 Site : www.troupecaravane.com

Composée de Sylvain Chiasson, Sarah Barbieux et Thaïs Barbieux, CARAVANE est une troupe familiale multidisciplinaire
professionnellement reconnue au Québec depuis 1980, avec 40 produits artistiques, 100 créations originales et 5 000 prestations.

Sarah Barbieux (CARAVANE)
(819) 268-2704 /caravane@telmilot.net

sarah-barbieux-artiste.jpg

MUSIQUES DU MONDE À MONTRÉAL DU 26 AVRIL AU 4 MAI 2013

Vendredi 26 avril 2013

brochure-festivalmmm-2013_reduit.pdf
• IREM BEKTER
+
FRANCO LUCIANI
+
D’HARMO
Vendredi 26 avril Théâtre Plaza 20h – 20$ – « Les Grands Concerts »

• COLECTIVO
Samedi 27 avril Les Bobards 22h – 7$ – « Nuits MMM »

• ATELIER DE BALAFON
PAR ADAMA DAOU
Samedi 27 avril Maison de l’Afrique Mandingo 14h – GRATUIT

• MÔTA & INVITÉS
ARTISTE UNESCO
Samedi 27 avril Théâtre Plaza – 20h – 20$ – « Les Grands Concerts »
• ISAAC NETO & CATHERINE-ANDRÉ MARTEL
Dimanche 28 avril Gainzbar – 18h – GRATUIT – « Les 6@8″
• VOX SAMBOU
DYASPORAFRIKEN
Lancement d’album
Lundi 29 avril Petit Medley – 20h – 10$ – « Découvertes »
• MOHAMED MASMOUDI & MORGAN MOORE
Mardi 30 avril Gainzbar – 18h – GRATUIT – « Les 6@8″
• LAETITIA ZONZAMBÉ
Mardi 30 avril Petit Medley – 20h – 10$ – « Découvertes »
• ADAMA DAOU
BALA-PHONE
Mercredi 1 mai Petit Medley – 20h – 10$ – « Découvertes »
• COLOR VIOLETA
Jeudi 2 mai Petit Medley – 20h – 10$ – « Découvertes »
• KOUYATÉ-NEERMAN
+
AKOZ DUO
Vendredi 3 mai Théâtre Plaza – 20h – 20$ – « Les Grands Concerts »
• AFRODIZZ
Vendredi 3 mai Les Bobards – 22h – 7$ – « Nuits MMM »
• ATELIER BALAFON
PAR ADAMA DAOU
ADULTES
Samedi 4 mai Maison de l’Afrique Mandingo – 14h – GRATUIT
• PATRICIA CANO
+
RAMON CESPEDES & UN DON EN LA SANGRE
Samedi 4 mai Théâtre Plaza – 20h – 20$ – « Les Grands Concerts »
• KOMODO
+
DJ MELODAN
Samedi 4 mai CFC – 23h – 7$ – « Nuits MMM »

MUSIQUE MULTI-MONTRÉAL
1591, RUE FLEURY EST, BUREAU 100
MONTRÉAL (QUÉBEC) H2C 1S7
T : 514 856-3787
F : 514 856-3340
INFO@MUSIQUEMMM.COM

Notes biographiques sommaires d’Yves ALAVO

Mercredi 17 avril 2013

photo-alavo-yves-automne-2011.jpeg

Poète il a publié Bleu de lune et soleil d’or chez Christian Feuillette éditeur, il a reçu en novembre 2008 le Prix de l’Association québécoise des professeurs de langue française (AQPLF) et de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL). Il a reçu le 22 juin 2010 un diplôme d’honneur de l’Université de Montréal (Faculté des arts et des sciences) en appréciation et pour célébrer sa réussite professionnelle et sa contribution de façon exemplaire à l’avancement de la société.

Un autre ouvrage, Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes, Éditions Grenier, a été lancé mardi 9 novembre 2010 à la Maison de la culture Ahuntsic. Le Gouvernement fédéral du Canada lui a décerné, fin 2010, un certificat de reconnaissance pour son accomplissement remarquable à promouvoir la Culture au Canada.

Actif dans le développement de Montréal depuis plus de trois décennies (fondateur de Vues d’Afrique, de Diversité artistique Montréal, membre de la première équipe du Conseil des communautés culturelles et de l’immigration), ce journaliste qui a travaillé au quotidien sénégalais Le Soleil, puis comme reporter pour Radio France international et ensuite comme animateur reporter pour Radio-Canada International a été aussi coordonnateur du Programme Journalisme en démocratie, pour le perfectionnement des journalistes de la francophonie. Une trentaine de missions, majoritairement sur le continent africain, ainsi que de nombreux séjours privés, au cours des 35 dernières années lui ont permis de prendre la mesure des mutations qui traversent toutes les sphères des sociétés africaines des plus traditionnelles aux communautés urbaines ultra-modernes.

Ayant eu le privilège de rencontrer et de connaître de nombreux Africains et Africaines chefs de file (L.S Senghor, N. Mandela, Myriam Makeba, Desmond Tutu, Hyacinthe Cardinal Thiandoum, ainsi que Bernadin, Cardinal Gantin et d’autres figures Albert Tévodjéré, Justin Tomatin Ahomadegbé, Abdou Diouf, Sourou Migan Apity, Nicéphore Soglo, Ahmed Ben Bella, Houari Boumédiène, Félix Houphouët-Boigny, des indépendances à nos jours. Il considère que sa génération sert de passerelle entre l’Afrique impériale et de la colonisation et celle issue des indépendances qui est en phase de faire admettre que le berceau de l’humanité peut aussi être son avenir.

Le 16 avril 2011, le REPAF (Réseau des entrepreneurs et des professionnels africains) lui remettait le trophée Hommage à un homme exceptionnel lors du Gala Vision et inspiration, à titre de modèle d’inspiration et d’excellence et comme mentor auprès de la nouvelle génération.

Yves Alavo, membre de la fonction publique montréalaise, il est conseiller en planification à la Ville de Montréal (successivement aux relations interculturelles, à la culture, à l’administration puis à la biodiversité et au Bureau du 375e, Destination 2017 et depuis mars 2013, conseiller à la Direction des grands parcs et du verdissement). Yves Alavo est diplômé en philosophie, journaliste professionnel et titulaire d’une maîtrise en communications de l’Université de Montréal. Actif dans le milieu associatif, il est membre du C.A. de Visions sur l’art Québec Inc VSAQ, et bénévole membre de la commission administrative d’institutions de la communauté française de Montréal. Membre fondateur de la coopérative ECTO et du CA d’Espaces Temps, le Mur mitoyen, il est engagé dans les initiatives qui mettent en relief la créativité, l’innovation, valeurs phares de Montréal métropole culturelle internationale.

25 ANS DE POÉSIE À TROIS-RIVIÈRES 1985-2009

Mardi 8 septembre 2009

Vingt-cinq ans de poésie, un quart de siècle d’émotions !

Festival International de la Poésie de Trois-Rivières

 

 

25 FLEURS D’AMOUR

 

Un quart de siècle fleuri

 

1985 Aloe de Madagascar

Fleurs de passion

Sauvages sous le verre

Un départ fulgurant

Dans l’euphorie

De la poésie.

 

1986 Bougainvillier

Fleurs de folie

Regardent le vide

Elles s’éparpillent en feux follets

Dans l’air mélodique

De la poésie.

 

1987 Baobab

Fleurs d’amour

En les villes aux nuits de feu

Elles aiment la lumière

Dans la clarté

De la poésie.

 

1988 Amarante

Fleurs de nos rêves

Jusqu’à perte de vue

Elles éclatent dans l’espace

Dans le bleu

De la poésie.

 

1989 Diadème royal

Fleurs de toutes les utopies

Désir au plus vif

Elles volent en esprit

Dans la ronde

De la poésie.

 

1990 Bruyères

Fleurs des marées

Au bout des doigts

Elles échappent en vitesse

Dans les flots

De la poésie.

 

1991 Flamboyant

Fleurs des courants sublimes

Sur ta chair

Elles caressent les sens

Dans l’émotion

De la poésie.

 

1992 Frangipanier

Fleurs des lueurs ondoyantes

Grands yeux purs comme le clair des lunes

Elles inondent les astres

Dans l’ombre

De la poésie.

 

1993 Glaïeul

Fleurs de tous les désirs

Dans mon silence intérieur

Elles habitent l’angoisse

Dans le vertige

De la poésie.

 

1994 Hydrangée

Fleurs de l’air

L’éternité pousse en plein champ

Elles s’unissent pour toujours

Dans l’amour

De la poésie.

 

1995 Hibiscus

Fleurs de terre

Dans l’herbe de l’été dernier

Elles se cachent pour s’aimer

Dans l’abondance

De la poésie.

 

1996 Nénuphar

Fleurs de mer

Je porterai l’énigme fauve

Elles fondent au présent

Dans le temps

De la poésie.

 

1997 Ipomée du Mexique

Fleurs des racines de l’inspiration

Toute notre âme de peuple

Elles incarnent pour nous

Dans la patrie

De la poésie.

 

1998 Jacaranda

Fleurs des mots

Les plus belles du monde

Elles portent en elles le verbe

Dans le cœur

De la poésie.

 

1999 Kilimandjaro

Fleurs des rythmes

C’est dimanche dans ma peau

Elles dorment en paix

Dans la sainteté

De la poésie.

 

2000 Lilas

Fleurs des paroles publiques

Un désir immense qui risque sa peau

Elles s’expriment en liberté

Dans la révolution

De la poésie.

 

2001 Jetropha

Fleurs des sons sourds

Ce regard aux lèvres rouges

Elles se taisent en méditation

Dans le silence

De la poésie.

 

2002 Oxalide

Fleurs des musiques sensuelles

Rugir la voix d’un continent

Elles chantent en harmonie

Dans la musique

De la poésie.

 

2003 Orchidée

Fleurs des sens étourdis

Pour un voyage au bout du vent

Elles voguent en tourbillon

Dans l’ouragan

De la poésie.

 

2004 Magniolia

Fleurs des cadences sans transe

Le battement du cœur

Elles suivent en force

Dans le rythme

De la poésie.

 

2005 Salicaire

Fleurs de la transcendance

Le futur a des yeux de femme

Elles regardent en avant

Dans la tourmente

De la poésie.

 

2006 Myosotis

Fleurs de toutes les danses

Je t’ai tissé une chanson

Elles se vêtent en coton

Dans l’atmosphère

De la poésie.

 

2007 Rhododendron

Fleurs des vestiges immémoriaux

Pour que se touchent à nouveau nos regards

Elles inventent en paix

Dans la sphère

De la poésie.

 

2008 Liane de Mysore

Fleurs des confins de l’univers

Le paysage finit toujours sur ton visage

Elles atterrissent en douceur

Dans la constellation

De la poésie.

 

2009 Iris Versicolore

Fleurs de la Vie

Nous prendrons demeure à jamais

Elles vivent en fureur

Dans l’univers

De la poésie.

 

Yves ALAVO.

Montréal, août 2009.

En hommage au FIPTR.

 

 

 

DANSE MONTRÉAL

Jeudi 6 août 2009

C’est en ce lieu des Nations Premières 

Oasis dans le Golfe du Saint-Laurent 

Navire amiral et pôle francophone des Amériques 

 

Terre inscrite au registre public 

Réplique du caravansérail ancestral d’origines multiples 

Éclair génial et clin d’œil de l’Histoire 

Alhambra pour toutes les danses du corps 

 

Large métropole arc-boutée sur le mont Royal. 

Ville cordiale aux formes généreuses 

Longiligne et svelte avec un visage d’ange 

L’âme interculturelle en son sein fait jaillir la lumière 

À contre-jour sur l’écran de la création 

 

Musiques diverses sur la piste qui rendent Montréal 

Explosive au cours des rythmes intérieurs. 

Jet de la passion au firmament de la sensualité 

Latine et anglaise aussi,  

 

Montréal aux accents universels 

Maison des affaires et cité des arts 

Vivante sur une colline royale 

Nébuleuse fulgurante aux mille talents : Montréal. 

 

Yves ALAVO 

 

LES 70 ANS DE ORCHESTRA ARAGON

Samedi 23 mai 2009


CONCERT MÉMORABLE LE 22 MAI 2009 À Dakar, Sénégal.

 


L’épopée d’Orquesta Aragon commence en septembre 1939 à Cienfuegos, un petit port du centre de Cuba - troisième ville de l’île.  Un musicien contrebassiste nommé Oreste Aragon Cantero (également prothésiste dentaire à ses heures perdues) monte une formation sans cuivres, où les voix et la rythmique sont soutenues par des violons et une flûte. Ses musiciens étaient alors dockers ou roulaient du tabac le jour et jouaient le danzon la nuit.

 

Le groupe qui s’appelle Ritmica del 39, puis Ritmica Aragon avant d’adopter son nom définitif d’Orquesta Aragon fin 1940, joue aussi des valses et des airs espagnols à la mode. L’orchestre n’est sans doute qu’un groupe parmi tous ceux qui animent les bals et les fêtes, mais la personnalité de son fondateur fait la différence.

 

Malgré leur succès, il faut attendre les années cinquante pour que le groupe se produise de manière régulière à La Havane et enregistre ses premiers disques. Grâce à la mode du cha-cha-cha qui déferle sur le monde entier, les cubains ont le vent en poupe et l’Orquesta Aragon part tourner sur le continent américain (et plus particulièrement aux Etats-Unis). Mais, guerre froide oblige, le groupe se tourne vers les pays “amis” (Pologne, Allemagne de l’Est, URSS…) et l’Afrique noire. Il devient ainsi le premier groupe cubain à sillonner le continent noir de la Guinée à Zanzibar en passant par le Mali, le Sénégal, le Zaïre, le Ghana. On compte plus d’une vingtaine de pays africains où le nom Orquesta Aragon est à lui seul une légende.

 

Au passage, le répertoire du groupe se déleste de ses morceaux cha-cha-cha (en train de passer de mode) pour se convertir au mozan-cha (adapté du style mozambique), au cha-onda et même au rock avec le shake-cha. Au fil des années soixante-dix, ces musiciens cubains deviennent de plus en plus africains : ils reprennent des chansons connues “Muanga” du congolais Francklin Boukaka ou encore “Yake boy” du sénégalais Pape Seck et accompagnent même Labah Sosseh, le grand salséro sénégalais.

 

Leur popularité ne se démentit pas, bien que des charanga plus modernes et plus électriques arrivent sur le marché. L’Orquesta Aragon semble indestructible. Bien que Rafael Lay Apezteguia leader de la formation depuis 1948 (il y était entré comme violoniste prodige à l’âge de 13 ans) meure dans un accident de voiture en 1982, son fils Rafael Lay Bravo, violoniste lui aussi, reprend le flambeau).

 

Autre coup dur, le label d’état cubain Egrem cesse de les soutenir aussi intensément que par le passé. Qu’importe, les papys multiplient les tournées internationales pour gagner leur vie. Et avec un répertoire riche de plus de 700 chansons, ils ont de quoi faire danser les salles pendant encore plusieurs décennies.

 

Devenue au fil des années l’une des plus formidables institutions de la musique cubaine, cette charanga a été regagnée par la nouvelle génération, avec entre autres les fils de Rafael Lay, de Rafael Bacallao et de Pepe Palma. Elle demeure l’ambassadrice truculente de ce folklore authentiquement insulaire, nourri à toutes les influences qui se sont combinées dans le pays. Fidèles, encore et toujours, à leur histoire et à l’énergie créative de la Aragon ses musiciens équilibrent la relecture du patrimoine de l’Orquesta ou du répertoire cubain, et aiment par-dessus tout inviter de prestigieux solistes (Papa Wemba, Omara Portuondo, Cheo Feliciano).

 

Le rêve d’Oreste Aragon est une réalité depuis soixante-dix ans, et il n’a pas fini de nous faire aimer Cuba, sa musique et son peuple.

© Cityvox

.

 

 

Célébrer la diversité en 2009.

Mardi 17 mars 2009

Six anniversaires dans le foyer culturel de Montréal.

 

L’édition du 30e anniversaire du Festival International de Jazz de Montréal aura lieu du 30 juin au 12 juillet prochain. Un événement qui confirme l’Immense popularité de l’événement, chez nous, sur la scène internationale et partout sur la planète JAZZ.  Vingt-cinq ans du Cirque du soleil et de Vues d’Afrique, vingt-cinquième printemps du Centre OBORO, centre dédié à la production et à la présentation de l’art, des pratiques contemporaines et des nouveaux médias. Dixième anniversaire du MAI, Montréal arts interculturels, là où l’art traverse les frontières. Cinquième anniversaire de l’INM, Institut du nouveau monde. Telles sont, parmi les plus significatives célébrations au cœur de l’univers culturel basé à Montréal, les commémorations auxquelles nous sommes conviés.

 

Dans notre contexte montréalais de confection d’une métropole culturelle d’envergure, dans la mouvance des grandes aventures socioculturelles du Québec et du Canada et, surtout, dans la vague de métissage culturel universel que nous vivons, dans la foulée des énoncés visionnaires de Léopold Sédar Senghor qui a chanté le métissage culturel et la culture de l’universel, nous avons des motifs supplémentaires de nous réjouir.

 

Ces anniversaires exceptionnels par leur nature et heureusement conjecturels par leur concordance, nous offrent autant de moyens d’exprimer notre reconnaissance à ces institutions importantes au sein de notre espace culturel.

 

Le Festival International de Jazz de Montréal couronne trente années de joies, d’expansion et toute une série de rencontres artistiques, sociales, culturelles et musicales sous le signe de forums, de cercles de découvertes, de l’expression multidisciplinaire formelle et informelle d’un art fécondé par le métissages des cultures négro-africaines anciennes et du ferment de la modernité néo-américaine du Nord des siècles récents. Musique de technique et de rythmique, musique enracinée dans le socle de l’Afrique Mère et pourtant ouverte et sensible aux souffles de la créativité moderne et postmoderne, le Jazz est assis sur la diversité congénitale qui lui a donné ses lettres de noblesse. Événement de calibre mondial, le FIJM inscrit notre métropole au sommet de la courbe ultime des manifestations d’envergure universelle au sein de la planète de cette famille musicale. Hommages aux artisans et développeurs André Ménard, Alain Simard, Laurent Saulnier, Caroline Johnson, Joanne Bougie et Marie Pierre Blais.

 

Le Cirque du Soleil, devenu un des plus beaux, un des plus représentatifs parmi les fleurons de notre génie créatif et de nos rêves d’entreprenariat mondial, a digéré avec talent les atouts de la diversité et mis en relief les avantages de la diversité des expressions culturelles. Confectionné à partir de notre fibre québécoise le Cirque du Soleil s’est inscrit d’emblée dans une démarche métissée. Ses méthodes de développement des compétences, ses techniques de recrutement, de formation et de création, ses réalisations artistiques, technologiques et son mode de gestion des ressources humaines, lui ont permis d’offrir la palette la plus étendue, la plus diversifiée et la plus multidisciplinaire, dans presque tous les secteurs d’intervention du domaine de l’art du cirque. Hommages aux co-fondateurs : Guy Laliberté, Daniel Gauthier et Gaétan Morency.

 

Vues d’Afrique, fenêtre exclusive sur les productions, la cinématographie des Caraïbes et de l’Afrique mère. Une institution qui a forgé sa personnalité au diapason de Montréal, en français avec cette touche spéciale d’ouverture sur la différence. Ce vingt-cinquième devrait contribuer à une réorganisation et à l’envol de l’organisme vers la construction du demi siècle de son histoire.

 

OBORO, au coeur de notre métropole au 4001 rue Berri, à la convergence des secteurs culturels sur l’arc du Plateau Mont-Royal, dans la structure urbaine la plus identifiée à nos racines, propose l’oasis suprême de la diversité dans la création contemporaine. Espace démocratique et évolutif d’une rare intensité par sa démarche d’innovation et de promotion d’une culture de paix, lieu de résidence d’artistes, de respect des différences et d’expression intergénérationnelle, spirituelle des nouveaux médias, OBORO incarne l’espoir d’un art enraciné dans la communauté et ouvert sur le vaste monde de la passion et de la folie créatrice universelles. Hommages aux co-fondateurs : Su Schnee et Daniel Dion.

 

 

Le MAI (Montréal arts interculturels), le lieu de diffusion par excellence où les Montréalais, au 3680 Jeanne Mance, se reconnaissent et s’expriment face au public qui vibre de cette fierté de l’appartenance légitime la plus généreuse. Salle multidisciplinaire, salle polyvalente, espace café et lieu de résidence d’artistes, le MAI est une interface vivante de notre culture actuelle et future avec l’environnement cultuel national et international que nous nourrissons et qui nous alimente. Par la composition de son équipe dirigeante et opérationnelle, par la diversité des expressions artistiques qui s’y déploient et celle de ses publics, le MAI conjugue avec succès depuis dix ans la multidisciplinarité, la diversité et l’audace de la relève ou de la génération émergente des créatrices et des créateurs de Montréal et d’ailleurs. Hommages à une équipe hors pair : Régine Cadet, Philip Richard-Authier, Véronique Mompelat, Mariya Moneva, Zoë Chan, Guilaine Royer, Ibou Sow et Miruna Oana.

L’institut du nouveau Monde (INM), se définit comme un institut indépendant, non partisan, à but non lucratif, voué au renouvellement des idées et à l’animation des débats publics au Québec. Cette approche citoyenne met l’action de l’INM dans une perspective de justice sociale, dans le respect des valeurs démocratiques, et dans un esprit d’ouverture et d’innovation. Acteur local, national et international, dans l’univers de la francophonie, l’INM veut, selon ses propres termes : libérer la parole des citoyens et des citoyennes en dehors des circuits partisans, militants ou académiques en suscitant leur participation à des débats ouverts, des échanges, des dialogues, conférences et rendez-vous stratégiques sur les grands enjeux de notre temps. Hommages aux chefs de file : Michel Venne, Geneviève Baril, Stéphane Dubé, Miriam Fahmy.

Six anniversaires qui permettent de mieux mesurer la place centrale du développement culturel dans l’épanouissement économique de notre métropole, Montréal.




Yves Alavo

 

 

 

MUSIQUE MILITANTE : SEUN KUTI

Lundi 21 juillet 2008

Seun, de son nom complet Oluseun Anikulapo Kuti, arrivera sur scène quand tous les 17 autres membres de son clan y seront. Impossible se dissocier l’authenticité du nom de l’artiste, le nom revisiter de l’orchestre ou du collectif ainsi que le nom du CD explosif, dans la pure tradition héritée de Fela Ransome Kuti, père mythique de cette famille de musique Funk, puissante expression de la révolte africaine face aux corruptions, face aux compromis et contre toutes les aliénations congénitales qui lient certains régimes africains aux éternels capitalistes et aux impérialistes de tout crin, sous toutes les latitudes. 

 

Il est indispensable de noter qu’en lever de rideau, le Groupe H’Sao nous a offert un concert d’environ une heure, de plaisirs, de voix nobles et harmonieuses. Un concert de musique nuancée et léchée support à des voix chorégraphiées en teintes traditionnelles mixées aux tonalités du « spoke word » et du slam urbain.

 

Pour revenir au show de Seun Kuti, les cuivres font l’intro, un à un les musiciens du clan Kuti atterrissent sur la scène du Métropolis. Musique mobile, musique croissante et d’une force qui martèle toutes les notes de la contestation et des luttes pour la justice. Musique qui s’enrichit, de percussions équatoriales, musique qui s’élève grâce aux arpèges des guitares solos et des basses rythmant les discours mélodiques comme autant de messages aux publics du monde.

 

Ce soir, Montréal danse dans la foulée de cette tradition du clan Kuti : la famille Kuti, originaire de la ville d’Abeokuta (comme celle du général dictateur Obasanjo), de même que celle du prix Nobel de littérature Wole Soyinka, qui est l’oncle et l’ami de Seun. Faisons un peu d’histoire. Bien avant de se refaire une virginité par les urnes, le Général Obasanjo, devenu président du Nigeria à l’issue d’un putsch en 1977, organisa aussitôt l’assaut meurtrier, par plus de mille hommes armés, contre la demeure de Fela, que ce dernier avait proclamé « République indépendante de Kalakuta », et où aujourd’hui encore vivent Seun Kuti et les musiciens de l’orchestre Egypt. 80.

 

La musique qui nous fait vibrer dans cette soirée chaude et sensuelle, est nourrie de tant de faits et de légende : la grand-mère de Seun, Funmilayo, était la plus célèbre militante des droits de l’homme et du féminisme au Nigeria. Elle est morte des suites de sa défenestration par les troupes d’Obasanjo.

 

La chanson satirique qui donne son titre à l’album, « Many Things » (« Nous avons fait beaucoup de choses ») démarre sur un extrait d’un discours enregistré d’Obasanjo. Elle résume bien le bilan des 30 ans de son règne en pointillé : « ils ont construit des ponts magnifiques, mais en dessous les gens n’ont toujours pas d’autre solution que de boire l’eau dans laquelle ils viennent de pisser ». De tels propos disent tout le désarroi ainsi que la nécessité de pouvoirs publics au service des peuples et la tragique absence d’une société civile authentique dans un système social démocratique. Seun, à vingt-cinq ans, est donc le digne héritier du militantisme irréductible de Fela Kuti. Il a d’ailleurs repris à son compte le deuxième prénom yoruba que s’était attribué son papa : Anikulapo («j’ai la mort dans mon carquois »).

 

Prenez et écoutez le disque « Many Things », une transe vous gagne, transe mentale et transe viscérale, transe des pulsions harmoniques et des cuivres, tambours et djembés qui enracinent une mélodie réaliste et efficace. Les chansons de Seun Kuti sont autant de flèches qui ne manqueront jamais leurs cibles : corrompus, corrupteurs, oppresseurs. À l’exception de l’érotique « Fire Dance », tous les titres de ce CD sont des pamphlets ravageurs contre la corruption et l’incurie des dirigeants africains : « Think Africa », «Many Things », « Na Oil », « African Problems ».

 

Seun participe aux côtés de Youssou N’Dour à un grand projet de lutte contre la malaria, et « Mosquito Song » explique que les gouvernements, par leur négligence en matière d’hygiène et en ignorant les besoins essentiels en soins de santé et de services sociaux des populations, sont responsables de ce fléau qui tue plus que le sida, la malaria. Au style de chant énergique et tonitruant de Fela, Seun ajoute une rage rythmique héritée du rap : il cite d’ailleurs parmi ses héros Chuck D, Dr Dre ou Eminem.

 

La magie de l’ « afrobeat » est en marche, cette machine délirante et implacable qui nous emporte sans qu’il soit possible d’y échapper ne fut-ce qu’une seconde. La section rythmique est vraiment saisissante : le bassiste Kayode Kuti (aucune parenté avec Seun) est l’une des surprises de ce CD ; quant au batteur, Ajayi Adebiyi, il n’a rien à envier aux plus grands du jazz contemporain. À l’instar d’un Al Foster ou d’un Paco Séry. Les deux guitaristes aux sons très contrastés - David Obanyedo et Alade Oluwagbemiga - tressent des riffs envoûtants qui servent de trame à l’ensemble. Les deux trompettistes - Emmanuel Kunnuji et Olugbade Okunade - sont d’excellents solistes (« Many Things », « Mosquito Song ».

 

Ainsi, dix ans après la mort de Fela, l’orchestre dont il était si fier lui survit, et il ne fait aucun doute qu’il serait heureux de ce qu’en a fait son fils, et du chanteur qu’il est devenu. Avec Seun, Egypt 80 est plus explosif que jamais avec ses combinaisons de cuivres, de claviers, de percussions, de guitares et de chœurs. Nous sommes parfois sous l’influence de la Rumba des années post deuxième guerre mondiale, nous vibrons aux accents du High Life des années soixante métissé de djou-djou Music à la King Sonny Adé.

Même s’il reprend des thèmes de son père dont certains inédits, n’ont jamais été enregistrés de son vivant, Seun Kuti innove avec ses propres compositions d’afro beat percutant additionné de hip hop et de rap. Ces dernières années, Seun qui a parfait ses connaissances musicales à Liverpool, a tourné un peu partout dans le monde.

Yves Alavo

ANDRÉ-MARIE TALLA, VIVRE LES RYTHMES

Jeudi 17 juillet 2008

Soirée de rythmes intenses du Festival international Nuits d’Afrique au Kola Note de l’avenue du Parc à Montréal. Toute la « colonie » camerounaise et certains membres issus de la communauté d’origine africaine ainsi que tous les mordus de rythmes et de danses se sont laissés porter par la vague créée par André-Marie Talla et ses musiciens. Accords parfaits, les langues, les mots, les circonstances, les échanges tout est fonction des rythmes, des mélodies que le génie de l’artiste nous offre. Une rigueur sans faille, la musique est première, il joue, des mains, avec ses dents, dans le dos, sur les épaules. Né le 29 octobre 1950 à Bandjoun dans l’Ouest du Cameroun, Tala connaît une série d’épreuves qui marquent sa vie et forge ce tempérament incroyable de détermination : il perd sa mère à l’âge de quatre ans et son père douze ans plus tard.  Deux drames qui s’inscrivent à jamais au cÅ“ur de son existence. Un autre événement, plus grave encore, se produit. À l’âge de quinze ans, il perd brutalement la vue (double décollement de la rétine). Recueilli par sa grand-mère, il se consacre dès lors à sa passion, la musique. Issu d’un milieu défavorisé, c’est avec du fil de fer qu’il fabrique sa première guitare sur laquelle il s’applique à imiter le plus fidèlement possible, tous les rythmes qui ont caressé son enfance. Il est direct : « Je n’ai jamais appris la musique à l’aide du braille mais à l’oreille. J’avais tout simplement besoin que l’on me demande de placer l’index dans tel cadre, l’annulaire dans tel autre… » . L’écouter parler de ses débuts, des conditions de vie de l’adolescent qui se bat pour réaliser ses rêves : « J’ai commencé à chanter en 1968-69, avec des débuts relativement corrects, dans le contexte africain, au Cameroun. Je n’avais pas de magnétophone, je ne connaissais pas le braille. Mais j’avais la passion, j’ai appris la guitare avec des amis. Quand on est jeune, on a une bonne mémoire pour tout retenir, ma cécité ne m’a pas longtemps gêné ». Sans pudeur, avec une lucidité exceptionnelle, André-Marie Talla explique : « Quand j’étais enfant, je jouais déjà de la musique avec tout ce que je trouvais, je faisais danser. Dès que j’ai perdu la vue, je suis allé voir mon oncle qui jouait de l’accordéon et de la flûte. J’ai baigné dans un environnement musical, à 17 ans je dirigeais mon propre orchestre. On écoutait toutes les musiques : rock, pop, rythm and blues, rythmes africains, je me suis imprégné de tout ça. Mon groupe interprétait toutes les tendances, du jazz au blues, de la pop à la variété… on se produisait six jours sur sept, tous les soirs de 21 heures à 3 heures, parfois 5 heures du matin. C’était une véritable école, un direct permanent avec le public, avec une interprétation qui devait se rapprocher le plus possible du disque et de la version originale des titres que l’on chantait. »  À vingt ans, sa rencontre avec Manu Dibango est déterminante. Manu lui conseille de se tourner vers les maisons de disques françaises. Toute la famille se cotise et il s’envole pour Paris. Claude François avec qui André-Marie Tala s’apprête à signer, décède. Quelques mois plus tard, il signe un contrat avec le label Decca. Tala compose alors les titres qui sont arrangés par Manu Dibango : “ Sikati ”, “ Potaksina ” et surtout “ Na Mala Ebolo ” (120 000 disques vendus) En 1973, il fait parler de lui avec l’album “ Hot Koki ”. Le titre porte la griffe de Slim Pezzin à qui tous les chanteurs français doivent un riff: Johnny Hallyday, Michael Sardou, Eddy Mitchell, Dick Rivers. Son succès est si grand que James Brown l’utilise. Le “ Hot Koki ” de Tala devient le “ The Hustle ” de ce roi de la soul qui bat des records de popularité.  En 1978, après quatre années d’âpres combats juridiques, la justice tranche en faveur d’André-Marie Tala. James Brown doit lui reverser la totalité de ses droits. « Il fallait du courage pour s´attaquer à ce monstre sacré, ce n´était pas facile de s’en prendre à un monument comme James Brown. De plus, personne ne me croyait. Il a fallu que des gens comme Georges Collinet (qui travaillait à l´époque à La voix de l´Amérique) montent au créneau en présentant les deux versions de la chanson Hot-koki, celle de James Brown et la mienne, pour que les Africains écrivent des milliers de courriers qu´on a déversé chez James Brown. Avec mon éditeur, on a engagé des poursuites et, au bout de quatre ans, on a gagné le procès… Il faut avouer que ce fut une étape marquante tout au début de ma carrière. Elle m’a aussitôt donné la parfaite mesure de mon talent et une vraie idée du monde de la musique ».  En 1974, il compose la bande originale du film Posse-Pousse du réalisateur camerounais Daniel Kamwa. Comparé depuis ses débuts à Stevie Wonder à cause de sa cécité, André-Marie Tala est un musicien hors du commun qui ne cesse de prôner les valeurs humaines de concorde, de paix et d’amour. Il est aussi le promoteur du Tchamassi, et le précurseur du Bend Skin. Guitariste hors pair, chanteur à l’œuvre riche et diversifié, compositeur aux réalisations musicales immenses et d’une qualité remarquable, Tala a été honoré, non sans raison, tout au long de sa carrière. Récipiendaire du prix de la jeune Chanson Française et du prix Kora du Meilleur artiste d’Afrique Centrale, il fut aussi lauréat de la première fête de la Francophonie. Avec plus d’une vingtaine d’albums au catalogue de sa discographie, André-Marie Tala, est l’un des artistes les plus piratés du Cameroun. Sans relâche, avec enthousiasme, une énergie a été partagée par tout le public, les jeunes et plus expérimentés, les danseuses de charme, les « puristes », les amateurs de rythmes afro mondes, les « fous » de la World, les stylistes négro-africains qui se meuvent en symbiose parfaite avec les notes, les fidèles des séquences de la guitare basse, celles et ceux qui suivent les volutes folles de la guitare de Talla : unanimité sur la piste, chants, frappes des mains, une fête de mélancolie et de danses sans transes dans une transcendance sublime.  Yves Alavo

IDIR, TRIOMPHE BERBÈRE ÉTERNEL

Lundi 14 juillet 2008

22e édition du Festival International Nuits d’Afrique de Montréal.

Concert d’ouverture

Festival international Nuits d’Afrique (FINA), IDIR au Québec, IDIR à Montréal, IDIR au Métropolis. Depuis 1999, alors que des amis dévoués et passionnés de culture Berbère (Marzouk et Lila) ont produit IDIR à la PDA (Place-des-arts), il n’était jamais venu, depuis cette soirée de l’autre siècle à Montréal. Dès l’ouverture de la salle, les places sont prises d’assaut. Pas de doute, le poète est connu, aimé, adulé. Il est présent dans les paroles et la musique du groupe de Karim, SYNCOP, qui assure le lever de rideau, l’espace du Métropolis est déjà prêt. Salle comble, vibrante et offerte en gerbes, dont celles formées par les membres de la communauté d’origine algérienne, sont épanouies. Lieu et sommet des retrouvailles. Tout dit l’accueil et la grâce. 21 h 15 minutes. Annonce. IDIR est précédé de ses musiciens, 7 spécialistes, instrumentistes, humanistes à son contact, je crois. Comme IDIR, ils vont agir, accorder leur énergie et mettre au service de la poésie, les univers de chaque œuvre, de chaque émotion, de chaque ambiance créatrice. La mémoire travaille dans le tissu fin des sons et des rimes, des idées-forces, sous l’inspiration et avec le timbre cordial du poète suprême : IDIR. Les médias écrivent, en somme de lui, qu’il est : Sommité de la chanson kabyle, sa voix d’or et ses tubes planétaires d’homme libre triomphent. Ses mélodies d’amour et d’exil aux guitares folk font rire, pleurer et danser en un concert ultime ! Fleurs et étoiles, le conte céleste des proto-méditerranéens est apparu au firmament de nos imaginaires. IDIR vogue sur la cime des cœurs unis aux divinités Kabyles, Tamazigh littéraire et paroles de bergers…de Tizi Ouzou, de Béjaïa, de toutes les conférences familiales. La musique s’harmonise aux évocations, elle glisse avec les nuages, les orages, les émotions. Les mères sont chantées, figures consubstantielles à nos êtres totaux, sous la voûte bleue des projecteurs, elles sont invoquées. La bénédiction advient. Titre après titre, jusqu’à Aya vava Inouva, en passant par Lettre à ma fille, moment de très grande émotion; les paroles sont reprises ou simplement dites par la foule des plus de mille voix. Communion, poésie abondante, sentiments intimes et accolades des sensualités nobles, sublime apocalypse de la grâce. De nombreux rappels dont deux supers. L’ovation debout dure de longues séquences. Toute la « messe » du concert. Tant de frappes, tant d’applaudissements, tant de you you de femmes généreuses, tant de rêves éveillés, tant de joies communes, de souhaits énergiques. La Voix de l’étoile de la liberté et de l’amour fou, IDIR, est à son apogée.  IDIR fait verser des larmes quand il dit l’intime psaume Lettre à ma fille « il ya des choses que chez nous on ne dit pas… ». La danse est perpétuelle, les rires spirituels, les cœurs s’ouvrent. Il est pourtant venu le temps de se quitter. IDIR, la poésie, la musique (flûte et guitares, percussions) et la constellation Kabyle, Berbère, Tamazigh; triomphent pour l’éternité. Yves Alavo